Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

A lire...
Des blagues sur le FN et Le Pen (166)
Samedi 24/11 11:37 - Incognito
Appel à Témoignages : MAI 1968 (90)
Dimanche 09/11 15:38 - Hilly Biss
Légalisation du Cannabis (76)
Samedi 05/02 16:53 - Incognito
[Caricature Mahomet] La liberté d'expression s'installera sur mon blog ! (49)
Dimanche 06/11 19:07 - Melissa
30 avril 2005 : la révolution ! (43)
Samedi 24/02 07:18 - libera

Recherche

Archive : tous les articles

Index des rubriques

Les derniers articles...
Février 2008 : 1 article
Novembre 2006 : 3 articles
Octobre 2006 : 1 article
Septembre 2006 : 6 articles
Août 2006 : 4 articles
Juin 2006 : 5 articles
Mai 2006 : 4 articles
Avril 2006 : 5 articles
Mars 2006 : 7 articles
Février 2006 : 5 articles
Janvier 2006 : 8 articles
Décembre 2005 : 6 articles

Ailleurs sur Joueb.com

Une petite visite

Blog de Skippyremi http://skippyremi.joueb.com

«Moi, je crois à l’élan des peuples...»
--> Interview du Nouvel Observateur
Pour le député socialiste des Landes, les partis sociaux-démocrates européens ont capitulé devant le libéralisme. Le non à la Constitution est un coup d’arrêt à cette dérive

Le Nouvel Observateur.Quel est, selon vous, le principal acquis de la campagne référendaire qui touche désormais à son but?
Henri Emmanuelli. – Cette campagne ouvre une brèche. Les opinions publiques ont fait irruption dans un processus de construction européenne dont elles étaient jusqu’ici systématiquement écartées. Face aux technostructures et aux lobbys qui plaident pour un oui de soumission, la voix du non, qui est celle des peuples, montre qu’il y a place pour l’action. Ce mouvement part de France grâce au référendum. Il va s’étendre à toute l’Europe, surtout si, le 29 mai, nous rejetons cette Constitution.
N. O.En quoi ce refus est-il créateur?
H. Emmanuelli. – Dans cette campagne, j’aurai tout entendu! L’autre jour, c’était le président de la République qui expliquait que, dire non, c’était être anti-européen. Thèse indigne relayée malheureusement par une fraction de la gauche. Dois-je rappeler que je fais partie de ceux qui ont converti le PS au fédéralisme européen à une époque où Jacques Chirac dénonçait le « parti de l’étranger»? Et voilà maintenant qu’on nous accuse de vouloir casser l’Europe sans avoir réfléchi aux conséquences de nos actes.
N. O.La question n’est pas secondaire!
H. Emmanuelli. – Elle est d’abord révélatrice d’un état d’esprit. Peuple français, soumets-toi sinon tu seras marginalisé! Ceux qui osent tenir ce genre de raisonnement ne sont pas dignes de diriger notre pays. On m’a traité de menteur. Comment faut-il que je qualifie ceux qui, pour faire peur, font semblant d’oublier que la France est un des pays fondateurs de l’Europe et un des plus gros contributeurs de son budget? L’Europe ne peut pas se construire sans la France. Ceux qui glosent sur l’absence de plan B ne sont que des affoleurs publics: Jacques Delors vient enfin de le reconnaître, avant de se rétracter sous la pression de ses amis. Tout ça n’est pas sérieux ! 

Ecrit par Skipp', le Mardi 24 Mai 2005, 19:07 dans la rubrique "Construction européenne".


Commentaires :

  Incognito
10-12-05
à 02:54

Lien croisé

Web Blog Directory - WeBlog A Lot - Aggregating the PoweR of Blogs! : " skippyremi : «Moi, je crois à l élan des peuples...» Dire oui, c est se soumettre (May 24 2005 17:24 GMT) - Pour le député socialiste des Landes, les partis sociaux-démocrates européens ont capitulé devant le libéralisme. Le non à la Constitution est un coup d arrêt à cette dérive Le Nouvel Observateur. Quel est, selon vous, le principal acquis de la camp"