Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

A lire...
Des blagues sur le FN et Le Pen (166)
Samedi 24/11 11:37 - Incognito
Appel à Témoignages : MAI 1968 (90)
Dimanche 09/11 15:38 - Hilly Biss
Légalisation du Cannabis (76)
Samedi 05/02 16:53 - Incognito
[Caricature Mahomet] La liberté d'expression s'installera sur mon blog ! (49)
Dimanche 06/11 19:07 - Melissa
30 avril 2005 : la révolution ! (43)
Samedi 24/02 07:18 - libera

Recherche

Archive : tous les articles

Index des rubriques

Les derniers articles...
Février 2008 : 1 article
Novembre 2006 : 3 articles
Octobre 2006 : 1 article
Septembre 2006 : 6 articles
Août 2006 : 4 articles
Juin 2006 : 5 articles
Mai 2006 : 4 articles
Avril 2006 : 5 articles
Mars 2006 : 7 articles
Février 2006 : 5 articles
Janvier 2006 : 8 articles
Décembre 2005 : 6 articles

Ailleurs sur Joueb.com

Une petite visite

Blog de Skippyremi http://skippyremi.joueb.com

Pauvres statistiques
--> ...paru dans la newsletter de ATTAC n°483 (Thomas Coutrot)
En France, les statistiques officielles sont régulièrement l'enjeu de
controverses. Après l'indice des prix ou la statistique du chômage, c'est
maintenant la statistique officielle de la pauvreté qui est mise sur la
sellette, à l'initiative du Réseau d'alerte sur les inégalités (Rai). Au
mépris des évidences, le taux de pauvreté mesuré par l'Insee montre en effet
une décroissance de la pauvreté relative dans les vingt dernières années. Le
message subliminal est clair : il n'y a pas de problème majeur d'inégalités
et de pauvreté dans notre pays. En réaction, le Rai a lancé un indicateur
concurrent, le Bip 40 (Baromètre des inégalités et de la pauvreté, voir le
dossier spécial dans Politis n° et le site bip40.org)

Selon le Rai, la statistique officielle est complètement biaisée : en effet,
de l'aveu même de l'Insee, les statistiques de revenus utilisées pour
calculer le taux de pauvreté relative ne prennent quasiment pas en compte
les revenus financiers et du patrimoine (Pierre Concialdi, Jean Gadrey,
Catherine Lévy, Michel Maric, " Cohésion sociale : des politiques à l'
aveuglette ", Le Monde, 2/07/04). Comment alors évaluer la pauvreté
relative, si l'on ne connaît pas les revenus des riches ?

La réponse des autorités compétentes ne s'est pas fait attendre. Le
Directeur de l'Insee, Jean-Michel Charpin, et celui de l'Observatoire de la
pauvreté, Bertrand Fragonard rejettent les attaques contre le chiffre
officiel de la pauvreté (" Qui est pauvre en France ? ", Le Monde,
22/07/2004). Selon eux, " la prise en compte des revenus du patrimoine ne
modifierait pas sensiblement le diagnostic sur le niveau et l'évolution de
la pauvreté monétaire " : en effet ce sont les riches qui détiennent le
patrimoine, et le seuil de pauvreté est " peu sensible à l'estimation des
hauts revenus ".

Passons sur le fait que deux études publiées dans les années récentes par l'
Insee lui-même montrent exactement le contraire : la prise en compte des
revenus du patrimoine aboutirait à faire passer le taux de pauvreté de 6% à
9%. MM. Charpin et Fragonard ignoreraient-ils ces travaux ? Mais là n'est
peut-être pas l'essentiel.

Rappelons qu'on parle ici de pauvreté relative : être pauvre en France, ce n
'est pas la même chose qu'en Ethiopie. La pauvreté doit s'appréhender comme
une situation de privation relativement aux normes de bien-être qui
prévalent dans une société donnée. Ce que nous disent les experts officiels,
c'est que le seuil de pauvreté, qui sert à définir le nombre de pauvres
(tous ceux qui gagnent moins que le seuil), ne dépend pas des revenus des
riches.

Le seuil officiel de pauvreté est en effet défini par l'Insee comme la
moitié du revenu médian. Le revenu médian, c'est celui qui partage la
population en deux parties égales : 30 millions de Français gagnent plus, 30
millions gagnent moins. Parmi ces trente millions moins favorisés, certains
(environ 3,6 millions) gagnent encore moins que la moitié du revenu médian :
par convention on les appelle " pauvres ". Si les 5 millions de Français les
plus riches doublent encore leur revenu grâce à la flambée de la Bourse et
de l'immobilier, alors que les moins riches voient leur revenu stagner, le
revenu médian restera stable. Certes les inégalités de revenu exploseront,
mais le nombre de " pauvres " ne bougera pas.

Cette conception de la pauvreté relative aboutit à dissocier largement
pauvreté et inégalités. Il ne s'agit pas d'une simple question technique,
comme le prétendent souvent les experts. Ce choix du demi-revenu médian
reflète une conception politique de la pauvreté, selon laquelle peu importe
ce qui se passe en haut de l'échelle : il suffirait, pour analyser et
comprendre la pauvreté, de regarder à la loupe les pauvres.

La création de l'Observatoire de la pauvreté en 1998, était significative de
cette conception qui isole la pauvreté de l'ensemble des mécanismes qui la
produisent et la reproduisent. C'est un Observatoire de la création et de la
distribution des revenus, de tous les revenus, qu'il aurait fallu créer. A l
'image du CERC, dissous il y a maintenant dix ans par Balladur et jamais
rétabli depuis dans ses prérogatives. La précarité, le chômage de longue
durée, l'exclusion sociale ne sont pas indépendants de l'organisation du
travail par les entreprises, de la sélectivité du marché du travail, des
politiques fiscales et de restrictions budgétaires en matière de logement,
de santé, de famille... La pauvreté n'est pas une verrue sur un corps sain,
elle résulte du fonctionnement d'ensemble du néo-libéralisme, qui concentre
revenus et pouvoirs. Il est parfaitement possible d'adopter d'autres
indicateurs de pauvreté, qui reflètent ces interdépendances entre grande
richesse et grande pauvreté ; il suffit par exemple de considérer le revenu
moyen au lieu du revenu médian. Il s'agit d'abord de choix politiques. Ceux
de l'Insee et de l'Observatoire de la pauvreté ne nous conviennent
décidément pas.
Ecrit par Skipp', le Jeudi 7 Octobre 2004, 11:13 dans la rubrique "@ctualité".


Commentaires :

  remiskippy
remiskippy
07-10-04
à 11:16

Quand j'ai lu la newlett', j'ai pensé à la fois où tu parlais des chiffres pour la legalisation du Cannabis. La manipulation des chiffres n'existent pas en France ! Bien sur !

Attac, tu connais ? tu sais qu'il n'y a pas que des gens de gauche, dedans ?


  Incognito
07-10-04
à 21:05

Re:

Attac est une filiale de la LCR

  remiskippy
remiskippy
10-10-04
à 10:45

Re: Re:

Bien sur, et Greenpeace est le principal actionnaire !

T'es fou ?


  Incognito
17-04-05
à 10:38

Lien croisé

L'homme n'est pas une statistique! - Schizophrénie - FORUM psychologie : "partie de ce mouvement ,non je ne fais pas de propagande.Mais comme greenpeace pour l'environnement leurs sites me sont des sources de contre "informations"....Me sachant d'une nullité absolue en matière de mécanismes économiques je me sens un peu tenue d'aller diversifier mes sources ,consciente sinon qu'on pourrait me faire "gober" absolument n'importe quoi....  http://skippyremi.joueb.com/news/131.shtml   Pour la santé,il en existe surement aussi? --Message édité par suzanah le 17-04-2005 à 10:30-- --------------- Nouvelle de l'année:  En avril,sus au baril!!...Pardon??? Sus au goril!!!... Pardon???"