Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

A lire...
Des blagues sur le FN et Le Pen (166)
Samedi 24/11 11:37 - Incognito
Appel à Témoignages : MAI 1968 (90)
Dimanche 09/11 15:38 - Hilly Biss
Légalisation du Cannabis (76)
Samedi 05/02 16:53 - Incognito
[Caricature Mahomet] La liberté d'expression s'installera sur mon blog ! (49)
Dimanche 06/11 19:07 - Melissa
30 avril 2005 : la révolution ! (43)
Samedi 24/02 07:18 - libera

Recherche

Archive : tous les articles

Index des rubriques

Les derniers articles...
Février 2008 : 1 article
Novembre 2006 : 3 articles
Octobre 2006 : 1 article
Septembre 2006 : 6 articles
Août 2006 : 4 articles
Juin 2006 : 5 articles
Mai 2006 : 4 articles
Avril 2006 : 5 articles
Mars 2006 : 7 articles
Février 2006 : 5 articles
Janvier 2006 : 8 articles
Décembre 2005 : 6 articles

Ailleurs sur Joueb.com

Une petite visite

Blog de Skippyremi http://skippyremi.joueb.com

Ecriture d'invention : Pour ou contre les règles ? [corrigé]


I - L'ANALYSE DU SUJET

Le sujet d'invention concernait cette année la question des règles en poésie. On vous demandait d'écrire un article pour attaquer ou, au contraire, défendre une conception sujette à polémique de l'expression poétique. Pour un tel sujet, il convenait de respecter certaines règles de l'écriture de l'éloge ou du blâme ainsi que de la langue journalistique.: utiliser des termes précis et concrets ; inciter à lire en s'impliquant dans l'article de façon à convaincre et à persuader le lecteur.

II - LES REACTIONS A CHAUD DU PROFESSEUR

La poésie était un des objets d'étude attendus puisqu'il n'était pas encore "tombé" pour les séries S et ES. Il n'y avait donc pas de quoi surprendre les candidats. Par ailleurs, l'écriture d'un article de journal constitue un sujet d'invention classique. Il convenait simplement de respecter certaines règles de l'écriture journalistique dans un contexte polémique (éloge ou blâme).

III - UN TRAITEMENT POSSIBLE DES SUJETS

On peut envisager plusieurs aspects pour le traitement de ce sujet : la question des registres, des genres, des formes poétiques, ainsi que la conception du poète. Tout candidat de séries S et ES au bac a étudié au cours de sa scolarité des poèmes lyriques ou épiques. Vous deviez tous également savoir ce qu'est un sonnet, forme célèbre entre toutes. La nature des vers (octosyllabes, alexandrins, vers libres) devait également être prise en compte.

A - PREMIER SUJET POSSIBLE : IL NE FAUT PAS QUE LA POESIE SE PLIE A DES REGLES CAR CES DERNIERES SONT UN CARCAN POUR L'EXPRESSION

1) Le vers libre et l'absence de ponctuation accroissent l'ambiguïté et enrichissent l'expression
C'est le cas pour les poètes contemporains depuis grosso modo Apollinaire et ses Alcools.

2) Le poète est un être inspiré
On pouvait réfléchir à l'idée que se font les poètes de l'inspiration : elle a parfois été vécue (notamment depuis l'Antiquité et le XVIème siècle) comme une possession du poète qui se trouve saisi par une force qui le dépasse (c'est la théorie de l'enthousiasme).

3) Le poète doit par sa sincérité susciter chez son lecteur des émotions variées.
On pouvait s'appuyer sur l'analyse des moyens expressifs mis en œuvre dans le cadre de la poésie lyrique ou épique. Les anaphores, les exagérations, amplifications, hyperboles, énumérations, comparaisons épiques, métaphores, allégories sont autant de moyens par lesquels le poète exprime ses émotions et sentiments profonds.
Pour les Romantiques, la poésie est un chant intérieur et le poète, tel le pélican de Musset, est capable de se sacrifier pour produire un chant pur. L'émotion, les sentiments sont transmis par le biais de moyens expressifs (rôle de l'analogie, de l'image, du symbole) au lecteur qui se reconnaît dans le poète. Le poète fait rêver, il est un autre moi-même, il dit ce que je n'aurais pas su dire et j'attends de lui qu'il soit sincère, profond, et qu'il me fasse partager son intimité.
L'examen des images qu'emploie Baudelaire dans certains poèmes des Fleurs du Mal, témoigne par leur réalisme et leur caractère cru de sa volonté de frapper les esprits, voire de les provoquer. C'est un des signes de sa grande modernité.

B - SECOND SUJET POSSIBLE : IL FAUT QUE LA POESIE SE PLIE A DES REGLES

1) Le poète doit se défier de la tentation du "moi-je"
En effet, accéder à l'universel c'est accepter de reprendre le carcan des sujets déjà traités, des formes héritées de la tradition

2) Loin d'être un carcan, les règles sont une incitation à l'expression
Ainsi, le sonnet dont la structure strophique semble assez rigide (deux quatrains, deux tercets) présente un système de rimes assez libre -sans parler de l'effet de "chute finale" qui surprend toujours le lecteur et l'oblige à reconsidérer l'ensemble du texte, à le relire.
Le sonnet peut en outre amener à dire les choses en exprimant leur quintessence.
De même, si le vers libre semble plus fluide, on peut prouver que bien des alexandrins sont loin d'être figés sur le plan du rythme. Ainsi, "Et les Muses de moi comme étranges s'enfuient" est un alexandrin très évocateur par ses accents et ses "e" muets de la maîtrise poétique du malheureux Du Bellay, exilé à Rome et en quête d'un nouvel art poétique.

3) Le poète est un artisan : le travail, la peine et le temps sont au fondement de la création poétique
On pouvait s'appuyer sur le texte de Boileau. On y voit qu'il désapprouve toute hâte excessive et absence de travail.

IV - LES ERREURS A EVITER

Il ne fallait pas oublier qu'il s'agissait d'un article de journal pour lequel il convenait de rappeler le contexte polémique.
Vous deviez prendre parti et chercher à rallier le lecteur à votre cause.