Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

A lire...
Des blagues sur le FN et Le Pen (166)
Samedi 24/11 11:37 - Incognito
Appel à Témoignages : MAI 1968 (90)
Dimanche 09/11 15:38 - Hilly Biss
Légalisation du Cannabis (76)
Samedi 05/02 16:53 - Incognito
[Caricature Mahomet] La liberté d'expression s'installera sur mon blog ! (49)
Dimanche 06/11 19:07 - Melissa
30 avril 2005 : la révolution ! (43)
Samedi 24/02 07:18 - libera

Recherche

Archive : tous les articles

Index des rubriques

Les derniers articles...
Février 2008 : 1 article
Novembre 2006 : 3 articles
Octobre 2006 : 1 article
Septembre 2006 : 6 articles
Août 2006 : 4 articles
Juin 2006 : 5 articles
Mai 2006 : 4 articles
Avril 2006 : 5 articles
Mars 2006 : 7 articles
Février 2006 : 5 articles
Janvier 2006 : 8 articles
Décembre 2005 : 6 articles

Ailleurs sur Joueb.com

Une petite visite

Blog de Skippyremi http://skippyremi.joueb.com

Etre libre, est-ce ne rencontrer aucun obstacle ? [corrigé]

I - LES TERMES DU SUJET

A - LIBERTE

Une notion dont chaque sujet humain fait l'expérience sur un mode intuitif (on se sent libre, on a le sentiment de sa liberté) et qui peut être définie de différentes façons : la liberté comme spontanéité, libre arbitre, projet, création, licence.

B - NE RENCONTRER AUCUN OBSTACLE

Une expression ordinaire. Le terme d'obstacle n'est pas un concept philosophique. Il renvoie à une limitation qui peut prendre de multiples formes comme le suggère le terme "aucun" (il faut envisager tous les obstacles possibles !). Un obstacle peut en effet être d'ordre matériel, physique, psychologique, moral, juridique, politique.

II - L'ANALYSE DU PROBLEME

La liberté, c'est l'expérience d'une spontanéité par laquelle l'homme s'affranchit des déterminations causales : il peut se mouvoir par lui-même contrairement aux êtres inanimés ; il peut agir comme il le décide contrairement aux êtres vivants guidés par l'instinct.
Mais cette expérience implique-t-elle l'abolition de toute détermination ?
La liberté est indissociable de l'action. Or qu'est-ce qu'une action qui n'aurait aucun monde objectif dans lequel et sur lequel agir ?
Le sujet invite ainsi à se demander si la liberté peut être assimilée à la licence et à la puissance, ce qui amène à préciser les relations qu'entretiennent les notions de liberté et de contrainte.

III - UNE DEMARCHE POSSIBLE

A - LA LIBERTE ABSOLUE EST UN MIRAGE

1) La liberté absolue

Intuitivement, la liberté s'expérimente comme absence de contraintes : on se sent libre quand on ne subit ni contrainte physique, ni interdiction morale, ni pression psychologique.
Le sentiment de liberté naît alors du fait que le principe de l'action est en nous et n'est pas déterminé par un principe extérieur.
Ce sentiment est très clair quand nous parvenons à assouvir nos désirs sans rencontrer de résistances.
D'où l'illusion que la liberté se confond avec la possibilité de donner libre cours à tous nos désirs. C'est la position de Calliclès qui affirme, dans le Gorgias, que le tyran est l'homme le plus heureux parce qu'il a la puissance de satisfaire tous ses désirs.

2) La liberté n'est pas licence absolue

La liberté dont parle Calliclès est un mirage.
Le désir humain en effet ne connaît pas de limite naturelle, comme chez les animaux avec l'instinct.
L'homme libre dont Calliclès fait l'éloge est semblable à un tonneau percé que l'on ne parviendra jamais à remplir.
Vouloir assouvir tous ses désirs est le moyen assuré d'être perpétuellement frustré.
La liberté suppose que l'on sache différencier ce qui est simplement plaisant et ce qui est objectivement bon.

B - TOUT OBSTACLE N'EST PAS ALIENANT
1) Le contrôle des passions

La recherche d'un bien objectif oblige à renoncer au présupposé selon lequel toute contrainte est aliénante.
La raison humaine permet à l'homme de savoir user de sa liberté.
Elle permet ainsi à l'homme de ne pas être l'esclave de ses passions et de manifester sa liberté au travers du contrôle de soi (même quand on se fait broyer la jambe comme dans le cas du stoïcien Epictète!)

2) "La liberté est l'obéissance à la loi qu'on s'est donnée"

La raison est surtout la source de la limite qui est à la base de notre humanité : elle nous indique en effet la loi que nous devons respecter si nous voulons agir moralement (l'impératif catégorique de Kant).
Cette loi qui s'impose à nous n'est pas une contrainte aliénante mais une obligation : nous choisissons librement de lui obéir parce qu'elle provient de notre nature rationnelle. Nous en sommes à la fois les destinataires et les auteurs. Elle est la loi que nous nous sommes donnés à nous-mêmes (auto-nomos).

C - LA LIBERTE COMME PROJET

1) Etre libre, c'est assumer notre situation

L'autonomie de l'homme l'amène à user de sa liberté avec responsabilité.
Loin de se confondre avec la licence absolue, la liberté nous engage donc à forger un projet de vie qui tienne compte des déterminations objectives.
Sartre va jusqu'à dire que c'est notre liberté elle-même qui crée les obstacles : cette montagne n'est infranchissable qu'à partir du moment où je choisis de la franchir !

2) Les contraintes peuvent stimuler la création

La liberté n'est donc pas allergique à tout ce qui lui fait obstacle. Elle peut aussi en tirer parti comme on l'observe dans le cas de l'art.
Les contraintes de la métrique (pour le sonnet par exemple) ont plus favorisé qu'elles n'ont empêché de poèmes magnifiques.

IV - DES REFERENCES UTILES

  • Platon, Gorgias
  • Kant, Fondements de la Métaphysique des Mœurs
  • Sartre, L'Etre et le Néant
  • V - LES FAUSSES PISTES

    Ne pas voir l'importance du terme "aucun" qui invite à envisager la pluralité des obstacles possibles et à recourir à différents domaines pour traiter la question (morale, psychologie, esthétique).

    VI - LE POINT DE VUE DU CORRECTEUR

    Un sujet sur la liberté qui amène à critiquer le mirage d'une liberté assimilée à l'absence de contraintes et donc à l'irresponsabilité.