Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

A lire...
Des blagues sur le FN et Le Pen (166)
Samedi 24/11 11:37 - Incognito
Appel à Témoignages : MAI 1968 (90)
Dimanche 09/11 15:38 - Hilly Biss
Légalisation du Cannabis (76)
Samedi 05/02 16:53 - Incognito
[Caricature Mahomet] La liberté d'expression s'installera sur mon blog ! (49)
Dimanche 06/11 19:07 - Melissa
30 avril 2005 : la révolution ! (43)
Samedi 24/02 07:18 - libera

Recherche

Archive : tous les articles

Index des rubriques

Les derniers articles...
Février 2008 : 1 article
Novembre 2006 : 3 articles
Octobre 2006 : 1 article
Septembre 2006 : 6 articles
Août 2006 : 4 articles
Juin 2006 : 5 articles
Mai 2006 : 4 articles
Avril 2006 : 5 articles
Mars 2006 : 7 articles
Février 2006 : 5 articles
Janvier 2006 : 8 articles
Décembre 2005 : 6 articles

Ailleurs sur Joueb.com

Une petite visite

Blog de Skippyremi http://skippyremi.joueb.com

La rigueur moral [corrigé]

I - LES TERMES DU SUJET

Le thème du texte est l'éthique, discipline qui réfléchit sur le but de la vie humaine et sur les règles qui doivent régir nos actes. Il est d'autre part question de nature humaine. Cette expression désigne ce qui est commun à tous les hommes, ce qui définit l'homme en tant que tel, indépendamment des particularités individuelles. Cette nature humaine est qualifiée par Kant de faible (Pascal : "l'homme est un roseau pensant", c'est-à-dire que l'homme a une conscience qui fait sa grandeur mais qui est impuissante à lui fournir des règles de vie effective). Enfin il est question de géométrie pour expliquer ce qu'est l'éthique. Il s'agit d'une science pure, non empirique : elle énonce des règles universelles et nécessaires, valables dans un espace idéal, sans se soucier de la réalité, de l'existence sensible, irrégulière.

II - L'ANALYSE DU PROBLEME

Le problème est très clairement posé par Kant dès les premières lignes du texte : l'éthique doit-elle tenir compte des faibles possibilités des hommes tels qu'ils existent empiriquement ? Ou au contraire, doit-elle énoncer des règles pures et parfaites ? En d'autres termes, l'éthique doit elle être une science qui énonce la loi morale au même titre que la géométrie énonce des règles strictes ? Une telle science est-elle possible concernant l'homme et ses actes ? Mais si les règles morales ne sont pas strictes, l'éthique ne se condamne-t-elle pas à n'être qu'une simple description, non normative, des conduites humaines existantes ?

III - UNE DEMARCHE POSSIBLE

Dans une première partie, Kant énonce le problème : l'éthique doit-elle s'adapter aux faiblesses humaines ou doit-elle être rigoureuse et stricte telle une science "exacte" ?

Dans une seconde partie, il énonce la réponse au problème, c'est-à-dire la thèse du texte, au moyen d'une analogie : de même que la géométrie énonce des règles strictes et pures, de même l'éthique "présente des règles qui (...) indiquent ce qui est moralement nécessaire". Kant condamne donc l'éthique indulgente aux faiblesses humaines. Mais une très bonne explication devait interroger les présupposés (implicites) du texte afin de mener une lecture critique. En effet, malgré la construction rigoureuse du texte, la notion de "loi morale" n'est pas justifiée : elle est introduite sans justification réelle ("En fait" [...] "rigoureuse."), malgré le lien logique formel ("En fait"). Dans la dernière phrase du texte, Kant réaffirme la pureté de la loi morale (au singulier), là où l'analogie avec la géométrie n'autorisait que des règles (au pluriel). Cette "faille" dans une argumentation apparemment si rigoureuse révèle que Kant veut défendre un concept, celui de loi morale. On peut se demander si, derrière l'apparente rigueur scientifique ne se cache pas un rigorisme lié au protestantisme (notion de loi divine). Or des règles morales, aussi rigoureuses et exigeantes soient-elles ne doivent-elles pas tenir compte de la complexité du réel et de l'âme humaine ?

IV - DES REFERENCES UTILES

  • Aristote, Ethique à Nicomaque
  • Pascal, Pensées
  • V - LE POINT DE VUE DU CORRECTEUR

    L'extrême rigueur de l'argumentation du texte, le caractère classique des notions en jeu rendaient aisée une explication linéaire et méthodique.