Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

A lire...
Des blagues sur le FN et Le Pen (166)
Samedi 24/11 11:37 - Incognito
Appel à Témoignages : MAI 1968 (90)
Dimanche 09/11 15:38 - Hilly Biss
Légalisation du Cannabis (76)
Samedi 05/02 16:53 - Incognito
[Caricature Mahomet] La liberté d'expression s'installera sur mon blog ! (49)
Dimanche 06/11 19:07 - Melissa
30 avril 2005 : la révolution ! (43)
Samedi 24/02 07:18 - libera

Recherche

Archive : tous les articles

Index des rubriques

Les derniers articles...
Février 2008 : 1 article
Novembre 2006 : 3 articles
Octobre 2006 : 1 article
Septembre 2006 : 6 articles
Août 2006 : 4 articles
Juin 2006 : 5 articles
Mai 2006 : 4 articles
Avril 2006 : 5 articles
Mars 2006 : 7 articles
Février 2006 : 5 articles
Janvier 2006 : 8 articles
Décembre 2005 : 6 articles

Ailleurs sur Joueb.com

Une petite visite

Blog de Skippyremi http://skippyremi.joueb.com

Naturel et Artificiel [corrigé]

I - LES TERMES DU SUJET

Ce texte examine le sens et la valeur de la maîtrise technique exercée par l'homme sur la nature. Il s'agit ici de mettre en relief non seulement la nécessité mais aussi l'utilité de la technique pour la survie de l'homme. Contre l'idée d'une nature parfaite qui associe toute transformation de la nature à une violation, John Stuart Mill propose ici une éloge de la technique.

II - L'ANALYSE DU PROBLEME

Il s'agit ici de montrer les impasses auxquelles conduit l'assimilation de la nature à un ordre parfait.
Si l'ordre naturel est parfait, il n'y a nul besoin de le transformer. Or, la technique assure de toute évidence la survie de l'homme. Elle vient ainsi suppléer un ordre que ce dernier ne peut définir comme parfait sauf à se condamner à disparaître.

III - UNE DEMARCHE POSSIBLE

A - LES ETAPES DE L'ARGUMENTATION

Le texte s'organise en quatre moments :

1) il examine d'abord les présupposés que recèle l'idée d'une perfection de l'ordre naturel et ses conséquences sur l'approche de la technique. Affirmer la perfection de la nature revient à dévaloriser la technique voire même à la condamner.

2) la critique de cette représentation d'une nature douée d'un ordre parfait est introduite par une objection énoncée sous forme de question : pourquoi l'homme aurait-il besoin de transformer cet ordre s'il était parfait ?

3) en se référant aux discours des hommes (qui louent les effets de la technique), John Stuart Mill montre qu'ils reconnaissent ainsi la nécessité et l'utilité d'une transformation de la nature. La technique permet de suppléer aux faiblesses de l'homme et ainsi de vaincre les dangers auxquels l'expose la nature.

4) le texte se conclut sur une récapitulation de l'argumentation : l'éloge de la technique que révèle en fait un ordre naturel imparfait ainsi que la "grandeur" de l'homme qui, grâce à des inventions, remédie à cette imperfection.

B - UNE ETUDE CRITIQUE

Le texte propose une critique de l'image négative de la critique portée par l'idée que toute transformation de la nature serait "sacrilège".
Il invite ainsi à réfléchir sur le statut et la valeur de la technique. Il s'agit d'interroger les effets issus de la technique sur la nature et plus particulièrement sur l'homme qui en fait partie.
Par différence avec les autres animaux qui s'adaptent à la nature, l'homme doit trouver les moyens d'adaptation de son environnement naturel : cultiver la terre, se protéger des intempéries naturelles par le vêtement ou l'habitat comme le montrent les exemples proposés dans le texte.
On pourra prolonger la perspective de Stuart Mill en montrant que la spécificité de l'homme consiste précisément dans la faculté de fabriquer et d'utiliser des objets artificiels. Définissant l'homme comme "homo faber", Bergson montre que c'est l'intelligence qui permet à l'homme de s'adapter à la nature en la transformant. L'intelligence, faculté "de fabriquer et d'employer des instruments organisés" est à l'homme ce que l'instinct est à l'animal.
On pourra alors se demander s'il convient d'opposer aussi radicalement que le fait Stuart Mill la nature et la technique.
Aristote montre ainsi que la nature ne fait rien en vain. Elle a doté l'homme de la main, "l'outil" qui lui permet d'utiliser tous les outils. De ce point de vue, la technique n'est pas pensée comme violation de l'ordre naturel, mais elle apparaît bien plutôt comme un effet de cet ordre.
Cette capacité de fabriquer des outils et des machines est indissociable de l'humanité et constitutive de sa dignité. Ainsi l'homme n'est plus soumis à la nature mais il en devient, ainsi que le montre Descartes, "comme maître et possesseur".

On pourra toutefois s'interroger sur le pouvoir que confère la technique à l'homme en montrant les ambivalences du progrès technique. Il paraît ainsi difficile d'affirmer inconditionnellement la supériorité de la technique sans réfléchir aux effets qu'elle produit sur la nature.

IV - DES REFERENCES UTILES

  • Aristote, Les Parties des Animaux
  • Descartes, Discours de la Méthode
  • Bergson, L'Evolution Créatrice
  • V - LES FAUSSES PISTES

    S'en tenir aux exemples proposés par le texte.

    VI - LE POINT DE VUE DU CORRECTEUR

    Un texte dont la compréhension ne pose pas de problème. Le mouvement de l'argumentation doit cependant être examiné avec attention.